Martin-Alexandre Campbell, BAA, planificateur financier. On achète une maison pour la qualité de vie indiscutable qu’elle offre; pas pour financer sa retraite. Contrairement à ce qu’on peut penser, une maison qu’on habite n’est pas un investissement: c’est une dépense!

Oublions les années 2000 à 2010 qui ont été exceptionnelles. Règle générale, l’immobilier résidentiel va augmenter d’environ 1 % de plus par an que l’inflation. Ce n’est pas vraiment ce qu’on pourrait qualifier d’investissement très rentable. Et en plus, il faut soustraire les frais de financement, l’entretien, les taxes, etc.

Autant il peut être avisé de posséder de l’immobilier locatif pour s’assurer un revenu de retraite, autant il est insensé de financer ses vieux jours avec sa résidence principale. Et ce, pour trois raisons:

1.Il faudra toujours habiter quelque part… même à la retraite

Tout d’abord, vous devrez vous loger une fois la maison vendue. Le fait de vendre votre propriété et de déménager vous occasionnera des frais (agent d’immeuble, déménagement et autres). De plus, vous serez obligé de payer un loyer tous les mois pour vous loger, alors qu’à la retraite, habituellement, vos paiements hypothécaires sont derrière vous.

2.Votre résidence n’offre pas un très bon rendement sur une longue période

1 dollar investi aujourd’hui dans votre maison vous rapportera au bout de 30 ans, théoriquement, 3 ou 4 fois moins que s’il avait été investi à la bourse, dans un immeuble locatif ou dans n’importe quelle autre forme d’investissement traditionnel. Ainsi, il est fort probable que vous manquiez d’argent à votre retraite si vous ne misez que sur la valeur de votre maison pour vous constituer un fonds de pension.

3.On garantit sa retraite en diversifiant ses placements

Un des principes de base en investissement est la diversification. Les gens qui ont un portefeuille d’actions, par exemple, auront plusieurs titres différents dans leur portefeuille. De plus, ces titres seront répartis dans plusieurs pays et secteurs différents (santé, technologie, banques, etc.) afin de réduire le risque de chute de leur portefeuille. Ainsi, s’ils ont mal évalué un titre et que celui-ci chute, il n’entrainera avec lui qu’une petite partie du portefeuille. Non la totalité. De la même manière, si vous ne comptez que sur votre maison pour financer votre retraite, vous vous exposez à un risque (petit, j’en conviens) de tout perdre si votre maison perdait soudainement sa valeur (l’assurance refuse de payer à la suite d’un incendie, vice caché, situation quelconque qui rendrait votre maison invendable, etc.).

Tout le monde devrait posséder sa propre maison pour le confort et la qualité de vie que cela procure. Mais au lieu d’acheter la plus grosse maison possible et de « mettre constamment de l’argent dessus » pour essayer de lui faire prendre de la valeur pour financer votre retraite, achetez-vous donc la maison qui vous convient et commencez à diversifier le reste de vos avoirs dans autre chose que votre maison. Votre situation sera moins à risque et vous ne serez pas obligé de vendre votre maison, la retraite venue.

Bonus: vous vous enrichirez plus vite et avec moins d’effort!

Je peux vous aider à planifier votre retraite. N’hésitez pas à me contacter au 514-316-7285 poste 201 ou par courriel  martin.campbell@groupehelios.ca.

Lire aussi : 5 questions à se poser avant de rembourser son prêt hypothécaire