Hélas, il n’a pas réussi à convaincre la banque sur sa capacité à assumer l’hypothèque. Elle lui demande un «co-» et, bien entendu, il a pensé à vous! Et oui, on est parent longtemps! Mais cette situation s’applique à bien des cas: frère, sœur, ami, etc.

D’où l’importance de bien comprendre les termes utilisés pour désigner les signataires des actes hypothécaires, particulièrement lorsque des «co-» sont exigés par l’institution financière: co-emprunteur et co-acheteur. Parce que, quand on signe en bas de la page, vaut mieux savoir dans quoi on s’embarque.

 

Un co-emprunteur ou endosseur est responsable de l’emprunt sans être propriétaire de l’immeuble

  • vous signerez l’acte de prêt pour l’hypothèque mais pas l’acte de vente de l’immeuble.
  • puisque vous n’êtes pas propriétaire, vous ne pourrez profiter du gain en capital si l’immeuble est vendu.
  • pour être libéré de vos obligations, la banque doit donner son accord. Il faudra alors refaire l’acte hypothécaire. Des frais de notaires sont à prévoir.

 

Un co-acheteur est co-propriétaire de l’immeuble et automatiquement co-emprunteur

  • vous signerez donc l’acte de vente et l’acte de prêt de fiston. Mais vous n’êtes pas obligé d’habiter la propriété (il préfèrera sûrement, d’ailleurs!)
  • pour être libéré de vos obligations, la banque doit donner son accord. Il faudra alors que vous vendiez votre part à l’autre propriétaire (dans l’exemple: fiston) ce qui impliquera des frais de notaires pour l’acte de vente et un nouvel acte hypothécaire. Et ce, même si vous vendez votre part pour 1$ seulement.

 

Pourquoi les banques demandent-elles des co-signataires?

Principalement parce que les revenus du demandeur ne sont pas assez élevés ou sa situation d’emploi n’est pas stable (un premier emploi, un emploi saisonnier, etc.). L’ajout d’un co-signataire peut aussi servir à rassurer l’institution bancaire dans le cas où le crédit du demandeur présente de légères lacunes (aucun historique de crédit, quelques retards de paiement, etc.). Mais en aucun cas un co-signataire ne pourra compenser un mauvais dossier de crédit.

A noter que certaines banques n’acceptent pas les co-emprunteurs et exigent un co-acheteur.

 

L’impact sur votre crédit?

La banque va analyser vos deux situations financières (la vôtre et cette de l’emprunteur principal) pour établir le risque rattaché à l’hypothèque. Si le prêt est émis, la dette sera inscrite à votre dossier de crédit et viendra diminuer votre capacité à emprunter ultérieurement.

Si on vous demande d’être co-signataire ou si c’est vous qui en avez besoin, je vous suis là pour vous aider à bien analyser la situation. N’hésitez pas à me joindre au 450-446-0102 ou par courriel r.campbell@hypotheca.ca .