Par Martin-Alexandre Campbell, planificateur financier, B.A.A Finances, Groupe Hélios Gestion de patrimoine. Contrairement à ce qu’on peut penser, l’assurance vie n’a rien de mystérieux. On paie quelqu’un pour qu’il assume un risque financier à notre place. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Certains choisissent de l’assumer en totalité ou en partie, alors que d’autres, pas du tout. Mais il y a une assurance que presque tout le monde possède, même ceux qui y sont le plus hostiles, et c’est l’assurance hypothécaire. Je ne parle pas ici de l’assurance de la SCHL, mais bien de l’assurance vie et invalidité sur votre hypothèque.

Les raisons pour lesquelles les gens y souscrivent sont multiples. « Je veux au moins que l’hypothèque soit payée si un de nous meurt« . « On m’a dit que j’aurais des rabais si je la prenais avec la Banque (ou la Caisse) » . »On m’a dit que ça venait avec« . Etc.

Mais ils ont tous un point en commun: « S’il m’arrive quelque chose, je veux être certain qu’à la fin il y aura un chèque! ». Et c’est là qu’il y a  potentiellement un problème.

Des assurances hypothécaires risquées

La majorité des gens qui ont une assurance hypothécaire l’ont via la Banque ou la Caisse qui détient leur hypothèque. Or, ces assurances sont dites collectives. Ça signifie que l’étude de votre dossier se fera à la réclamation et non à la souscription. En gros, vous saurez si vous êtes couvert ou non lorsque vous serez invalide ou mort. Cela dit, ce n’est pas surprenant: la banque ou la caisse vous annonce en moins de deux minutes que vous êtes couvert pour tout après avoir répondu à seulement 5 questions.

Qu’on se comprenne bien, personne n’ira contester votre assurabilité si vous vous faites frapper par un train. Mais si, au bout de quelque temps, vous contractez telle ou telle maladie… si vous tombez en dépression ou en burn-out…, il est possible que vous ayez des difficultés à vous faire payer votre due lorsque vous réclamerez.

Une vraie assurance commence par une vraie analyse

À l’opposé, une compagnie d’assurance vous posera 5 pages de questions très précises sur votre état de santé, enverra probablement une infirmière pour faire des prises de sang et analysera votre dossier pendant un mois. Difficile ensuite pour eux de dire qu’ils n’étaient pas au courant de votre état de santé!

C’est déjà assez stressant de devoir jongler avec les aléas de la vie, voulez-vous en plus vous demander si votre assurance vous paiera s’il vous arrive malheur? C’est plus long mais, au moins, vous aurez l’esprit tranquille si vous prenez votre assurance avec une compagnie d’assurance plutôt qu’avec une banque ou une caisse.

Bonus: c’est généralement moins cher!

Je peux vous aider à y voir clair et trouver la solution qui répond le mieux à vos besoins. N’hésitez pas à me contacter au 514-316-7285 poste 201 ou 450-701-7234 ou par courriel  martin.campbell@groupehelios.ca.

Lire aussi :